paper brown

  • Aubonne 2012 ©Parc Jura Vaudois
  • Aubonne 3 2012 © Parc Jura Vaudois
  • Ballens 2012 © Parc Jura Vaudois
  • Ballens 2 2012 © Parc Jura Vaudois
  • Berolle 2 2012 © Parc Jura Vaudois
  • Cretes Jura 2012 © Semio Nicolas Denis
  • Montricher 2012 © Parc Jura Vaudois
  • Pecheur Lac De Joux 2012 © Tony Ho
  • Saint George 7 2012 © Parc Jura Vaudois

Recherche

Accès

bus

Enregistrer

Enregistrer

Nature & Paysage

Découvrez notre flyer de présentation Nature & Paysage en cliquant ici !

Camus disait que la vraie générosité envers l’avenir consiste à tout donner au présent. S’il est un exemple qui l’illustre magnifiquement, c’est bien le travail des gestionnaires de nos forêts. La main de l’Homme, quand il agit dans le respect du rythme de la nature, peut exercer une influence positive sur son environnement physique et sur le capital bien-être et économique de sa descendance.

Les amphibiens font partie des espèces les plus menacées à l’heure actuelle. Le Parc Jura vaudois œuvre en leur faveur au travers de diverses actions de terrain. Chaque année, il organise un sauvetage de batraciens dans la région de Gimel avec l’aide de bénévoles et en collaboration avec Pro Natura. Cette opération consiste à éviter que crapauds, grenouilles et tritons se fassent écraser par les voitures lors de leur migration vers un plan d’eau pour la reproduction. En 2015, plus de 7’000 individus ont été sauvés. En parallèle, le Parc mène des actions spécifiques à certaines espèces. Ce fut le cas du crapaud accoucheur en 2014 pour lequel des aménagements (mares, tas de pierres, éclaircie de lisière) ont été réalisés dans la région des Petits Plats.

EN CONSTRUCTION

Ce projet fera prochainement l’objet d’une page spécifique détaillée.

Le projet Toile verte est un projet de renforcement de l’infrastructure écologique soutenu par MAVA, Fondation pour la nature. Ce projet vise à aider financièrement et logistiquement les propriétaires de terrains (communes ou privés) à entretenir ou revitaliser de petits milieux naturels oubliés, comme des marais, étangs, haies vives, vergers etc… Parallèlement à ces travaux de terrain, le projet Toile verte permet également de faire de la sensibilisation sur la thématique de l’infrastructure écologique à travers excursions, animations et ateliers.
Ce projet s’inscrit dans la stratégie nationale en matière de biodiversité. L’OFEV, a d’ailleurs lancé un projet pilote dans les Parcs suisses qui permet de renforcer les moyens à disposition pour améliorer la Toile Verte du Parc Jura vaudois. Des mesures visant à augmenter la connaissance de l’état actuel de l’infrastructure écologique et de ses lacunes sont notamment mises en place.

Pourquoi un tel projet ?
L’érosion de la biodiversité à l’échelle mondiale est une réalité qui ne peut plus être contestée. Les Parcs naturels sont des régions de haute valeur naturelle et se doivent donc de la préserver. Une des causes principales de cette perte de biodiversité est la fragmentation des habitats. A l’échelle locale et régionale, il est possible d’agir pour enrailler ce déclin, notamment en entretenant les sites naturels accueillant certaines espèces d’intérêt.
Bien que le Canton dispose déjà de moyens pour certains sites naturels, de nombreux autres sites, souvent de petite taille, restent oubliés. Ce sont des sites relais qui permettent la mise en connexion de milieux naturels contenant une forte biodiversité afin de construire une infrastructure écologique fonctionnelle pour les espèces et leur dispersion. Ces sites relais peuvent être des milieux humides ou secs, des talus, des haies etc…, en zone villageoise, forestière ou agricole. Tous les milieux comptent pour préserver la biodiversité, et tout le monde peut agir !

Contact : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

En collaboration avec les propriétaires de murs et le Karch, le Parc Jura vaudois met en place des ouvrages annexes aux murs appelés caches d'hivernages pour la faune des murs. Ces derniers sont destinés à renforcer les populations et gîtes de certaines espèces étroitement liées à ce type de milieux rocheux ou utilisant les murs comme couloirs de déplacement. A l’heure actuelle, 4 caches ont été construites sur le périmètre du Parc.

Le Parc Jura vaudois a installé plus d’une centaine de nichoirs à hirondelles ou martinets dans 18 communes de son périmètre en collaboration avec des ornithologues locaux. Le but de cette opération est de renforcer les populations existantes de ces espèces emblématiques et dont le vol et les cris sont indissociables de notre région. La campagne de pose se poursuivra, en collaboration avec les communes et le soutien technique de la station ornithologique suisse de Sempach, dans les années à venir. Un suivi des effets de la pose de nichoirs est également prévu.

Sept chantiers à vocation écologique ont été pilotés par le Parc Jura vaudois depuis 2012 sur son périmètre. Ils se sont déroulés de concert avec les communes et les services forestiers. Ces chantiers ont la vocation d’améliorer la qualité biologique de certains sites naturels et de renforcer le réseau local d’habitats favorables à la faune et la flore (espèces cibles et menacées). Ils consistent en des mesures de revitalisation ou d’entretien réalisées par des entreprises privées, par les services forestiers ou encore par des groupes de bénévoles pour des travaux légers. L’objectif pour ces prochaines années est d’augmenter ce genre d’actions sur le territoire du Parc.

Souvent marqués par un manque d’eau, les alpages du Jura vaudois nécessitent la mise en place d’abreuvoirs. Plutôt que d’enterrer des citernes, les propriétaires ont la possibilité de construire des bassins à ciel ouvert auxquels ont été ajouté une fonction écologique et une meilleure intégration paysagère. Cette fonction est assurée par une modification des revêtements imperméables et la construction d’un petit plan d’eau favorable à la faune et la flore en marge du bassin principal. Ces ouvrages appelés « étangs agro-écologiques » sont réalisés avec le soutien technique et financier des améliorations foncières et du Parc. Ils sont actuellement au nombre de 3 sur le périmètre du Parc.
En 2015, l'entretien de l'étang agro-écologique du Mont-Tendre a été effectué avec un groupe de bénévoles. De plus une étude doit permettre d’évaluer la plus-value écologique de tels ouvrages. Il semblerait en effet qu’ils jouent un rôle important d’habitat pour des espèces menacées par le réchauffement climatique.

Le Parc Jura vaudois, en collaboration avec les agriculteurs, a réalisé des panneaux de vulgarisation sur la thématique de l'ordonnance sur la qualité écologique (OQE). Ces panneaux ont été livrés cette année et pourront être posés prochainement sur le périmètre du Parc. Ils ont pour vocation la présentation des réseaux agro-écologiques, ainsi que la valorisation de l’engagement des agriculteurs en faveur de l’environnement.

A la demande des propriétaires et de nombreux partenaires, le Parc Jura vaudois a mis en place, en 2014, un cours destiné aux gestionnaires et propriétaires de murs afin que ceux-ci puissent contrôler eux-mêmes la qualité des travaux et des ouvrages. Ceci répond au besoin de pérenniser ce patrimoine remarquable autant que de rationaliser les coûts élevés que représente son entretien.
Depuis 2 ans, le Parc a également organisé 2 chantiers d’entretien de murs en collaboration avec les muretiers de son périmètre. Occasion de valoriser un savoir-faire qui, malheureusement, à tendance à disparaître.

Héritage vieux de plus d’un siècle, environ 250 kilomètres de murs en pierres sèches sillonnent les crêtes du Parc Jura vaudois. Depuis de nombreuses années, le Parc œuvre au maintien de ce riche patrimoine paysager et culturel en soutenant les propriétaires dans des travaux d'entretien des murs. Il joue le rôle de relais entre les propriétaires et le Fond Suisse pour le Paysage, dont la contribution financière permet de restaurer chaque année plus de 1500 mètres de murs. Ainsi, depuis 2012, près de 5 kilomètres de ces ouvrages ancestraux ont été remis à neuf sur l’ensemble du périmètre du Parc Jura vaudois.