bannière top

  • Aubonne 2012 ©Parc Jura vaudois
  • Ballens 2012 © Parc Jura vaudois
  • Ballens 2 2012 © Parc Jura vaudois
  • Montricher 2012 © Parc Jura vaudois
  • Pecheur Lac de Joux 2012 © Tony Ho
  • Cretes Jura 2012 © Semio Nicolas Denis
  • Berolle 2 2012 © Parc Jura vaudois
  • Aubonne 3 2012 © Parc Jura vaudois

banniere verte bas

Territoire

Situation socio-économique

Les régions du Parc Jura vaudois sont économiquement très dynamiques. La vallée de Joux est une des régions qui possède une des plus fortes croissances du pays.

Emploi

D’un point de vue socio-économique, le périmètre du Parc Jura vaudois se caractérise en 2008 par 8.3% des emplois dans le secteur primaire, et 47.4 dans le secteur secondaire. Le secteur tertiaire lui récolte 44% des emplois. En 2008, le Parc Jura vaudois compte ainsi plus de 13’000 postes de travail, avec de fortes variations communales.

Types d’exploitation

L’agriculture est un fondement important de l’activité humaine du périmètre et participe de manière déterminante à la vie sociale et culturelle, ceci notamment à travers les activités d’estivage (pâturages boisés) et des produits du terroir reconnus (fromages principalement). Le périmètre comptait, en 2009, 353 exploitations agricoles qui représentent un total de 1025 emplois. La dominance des alpages sur le territoire est flagrante – 268 alpages et 20 fromageries – et montre l’importance du sylvo-pastoralisme sur périmètre. La double activité agriculture et tourisme est un biais qui permet de maintenir dans une certaine mesure des petites structures agricoles de montagne.

Le territoire du futur Parc Jura vaudois est très largement boisé et 75% de sa forêt est certifiée. Les forêts conservent une vocation de production importante ancrée dans la tradition des communes de la région. Il existe par ailleurs un savoir-faire reconnu dans le bois de lutherie. En 2005, le volume de bois exploité et commercialisé annuellement atteint 150’000m3, soit un tiers de la production vaudoise de bois.

Dans le Parc Jura vaudois, l’industrie microtechnique est caractérisée par un pôle industriel très important à la Vallée de Joux, notamment par une microtechnique de pointe et haut de gamme dans les industries manufacturières. Le secteur secondaire se caractérise par l’industrie horlogère et microtechnique et l’artisanat local. L’horlogerie et l’industrie microtechnique représentent 10% des exportations cantonales.

De nombreuses entreprises artisanales sont présentes dans la plupart des communes du périmètre. Certaines sont liées aux métiers du bâtiment : architectes, entrepreneurs, ingénieurs civiles, maçons menuisiers, charpentiers, couvreurs, installateurs sanitaires et de chauffage, peintres, carreleurs, électriciens (source OFS 2005). Des artisans sont actifs dans le domaine des machines agricoles et de jardin, ainsi que de l’automobile. Les paysagistes sont également bien représentés. On trouve un certain nombre d’entreprises qui apportent une diversité bienvenue, tel que : atelier de sérigraphie, fabrication de costumes, ferronnerie d’art, édition, fabrication de cloches, sellerie, distillerie, taillage de pierre, poterie, maréchalerie, lutherie, reliure d’art , photographie,

Tourisme

De part la grande valeur des sites naturels et paysagers, le périmètre est très propice au délassement et aux activités récréatives pour tous les visiteurs. Paradis pour la randonnée à pied ou à vélo en été et pour les sports de glisse en hiver, le Parc Jura vaudois compte 523 km de sentiers pédestres et 240.5 km de pistes de ski de fond. Dans le périmètre, les divers musées et sites historiques, centres sportifs, parcs animaliers et autres curiosités offrent aux visiteurs un éventail large de possibilités en toutes saisons. En termes d’hébergement, selon l’Office fédéral de la statistique (OFS), le périmètre du parc comptait 33 établissements hôteliers en 2007 (répartis sur les territoires de 15 communes uniquement).

Recherche

Par sa situation, la richesse et la diversité de ses valeurs naturelles, géologiques et patrimoniales, le Parc Jura vaudois fut le théâtre d’études entreprisent par de nombreux chercheurs qui scellèrent ainsi son ancrage académique au sein d’une grande variété d’instituts de recherche et d’écoles. Les pôles de recherche constitués autour des paysages sylvo-pastoraux et des fourmis des bois ont sans doute drainé le plus grand nombre de chercheurs au cours des dernières décennies.

Pour de plus amples informations sur la situation socio-économique du Parc Jura vaudois, vous pouvez consulter la section B de la Charte 2013-2022 en cours d’évaluation auprès de la Confédération que vous trouvez sous Documents à télécharger.

Périmètre et communes

Le Parc Jura vaudois couvre plus de 530.6 km2, soit 18.6% du territoire du canton de Vaud. Il regroupe 30 communes territoriales réparties sur 3 districts et compte 31’977 habitants (4.6% de la population du canton). Son plus haut sommet culmine à 1678.8 mètres (sommet du Mont Tendre). Sis sur les crêtes jurassiennes, une grande partie du territoire du Parc Jura vaudois est en contact direct avec la frontière française. Au nord-ouest, il jouxte le Parc naturel régional Haut-Jura et compte des frontières communes avec deux départements de la région Franche-Comté, le Jura et le Doubs.

Communes territoriales du Parc Jura vaudois

Pour de plus amples informations sur l’organisaton du Parc Jura vaudois, vous pouvez consulter la section A de la Charte 2013-2022 que vous trouvez sous Documents à télécharger.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Patrimoine naturel et paysager

La situation géographique du Parc Jura vaudois dans la partie la plus élevée et la plus rocheuse de la chaîne jurassienne, lui confère une richesse exceptionnelle en termes de formes géologiques, milieux et espèces subalpines. Sis sur un substrat calcaire, le parc réunit aussi bien des milieux secs, des marais et des lacs que des surfaces rocheuses nues et de grands pans forestiers. La biodiversité présente dans le périmètre du Parc Jura vaudois est d’une qualité remarquable. En effet, la Haute Chaîne du Jura abrite de nombreux milieux et espèces dont la conservation est prioritaire, que ce soit au niveau régional, national, voire supranational.

60% du périmètre du Parc Jura vaudois est classé dans les inventaires fédéraux du paysage et des biotopes d’importance nationale.

Le Parc Jura vaudois est principalement composé de cinq groupements paysagers : les Gorges et vallons de l’Orbe et du Nozon ; la Haute Chaîne du Jura ; le Pied du Jura ; le Massif du Risoud ; la Vallée de Joux.

Quelques chiffres importants

Le Parc Jura vaudois c’est…

  • 40% des prairies et pâturages secs du canton (IPPS)
  • 58% des hauts marais d’importance nationale du canton (IHM)
  • 25% des bas marais d’importance nationale du canton (IBM)
  • 59 réserves naturelles
  • Le plus grand massif forestier d’un seul tenant de Suisse (Grand Risoud)
  • La plus forte densité de gouffres et grottes de Suisse
  • Plusieurs espèces uniques en Europe (hors Scandinavie)
  • La plus grande colonie de fourmis en Europe
  • Le District franc du Noirmont
  • 250 kilomètres de murs en pierres sèches

L’emprise humaine sur la nature dans le périmètre du Parc Jura vaudois peut être qualifiée de raisonnable, avec une faible fragmentation du paysage et du territoire, une structure paysagère et naturelle typique sur l’arc jurassien, et un bon état de conservation des milieux humides d’altitude.

Pour de plus amples informations sur le patrimoine naturel et paysager, vous pouvez consulter la section B de la Charte 2013-2022 en cours d’évaluation auprès de la Confédération que vous trouvez sous Documents à télécharger.

Patrimoine architectural et culturel

Architecture

Le patrimoine architectural et paysager du Parc Jura vaudois se révèle être d’une grande richesse. Son périmètre comporte une grande diversité d’ensemble bâtis et certaines des plus anciennes traces d’activités humaines du Canton de Vaud ont été découvertes dans la région du Mollendruz, au lieu-dit l’Abri Freymond. Les voies dites « historiques » sont nombreuses dans la région.

Le Parc Jura vaudois compte 38 objets inscrits à l’inventaire des biens culturels d’importance nationale ou régionale (IPBC). Ils se trouvent dans son périmètre, ce qui signifie que 50% des communes du Parc Jura vaudois possèdent au moins un objet inscrit à l’IPBC. De nombreuses églises ont été érigées par les moines de diverses communautés en divers points de la région. Le Parc compte 3 prieurés intégrés au réseau international des sites clunisiens, une abbaye cistercienne de renom, fleuron de l’art roman (Bonmont), et une abbatiale exceptionnelle à Romainmôtier.

De plus, 14 communes sur le périmètre du Parc Jura vaudois figurent à l’inventaire fédéral des sites construits (ISOS), de nombreuses fermes sont répertoriées à l’inventaire cantonal des monuments historiques et il existe encore plus de 35 chalets d’alpages typiques. Plus de 250 kilomètres de murs en pierres sèches se trouvent dans le périmètre. A leur valeur historique vient s’ajouter leur fonction écologique de refuge pour nombre d’espèces animales et végétales.

Culture

Manifestations culturelles

Le Parc Jura vaudois, fort de son foisonnement culturel, compte une multitude de journées thématiques et manifestations qui attirent chaque année de nombreux visiteurs. On peut citer par exemple la Fête de la mi-été, la Désalpe et le Marché de Noël, à Saint-Cergue, les Jeudis médiévaux, « Art roman et musique sacrée », la Foire aux livres, la Foire d’automne et la bourse aux sonnailles à Romainmôtier-Envy ou encore les Spectacles de la Compagnie du Clédar et la Fête du Vacherin Mont d’Or à la Vallée de Joux.

Côté sport, la région accueille en hiver de nombreux visiteurs pratiquant le ski de fond, le ski de piste ou la raquette à neige, et de nombreuses compétitions y sont organisées.

Savoir-faire industriel

L’activité industrielle trouve dans la région du Parc Jura vaudois ses origines dans un patrimoine historique particulièrement riche.

L’industrie de la forge représente une activité très importante pour la région. Dans l’Antiquité et au Moyen-Âge, les forgerons recueillaient les minerais de fer dans les fissures de calcaire ou les lits des ruisseaux pour alimenter leurs fourneaux chauffés au charbon de bois, matière première issue des forêts du Pied du Jura. S’il ne subsiste aujourd’hui encore que quelques traces de cette industrie de fer, elle est cependant à l’origine de l’exceptionnel patrimoine industriel et horloger qui s’est développé dans les communes de la Vallée de Joux.

Riches en bois, en eau et en sable, les forêts du Jura offraient des conditions idéales aux verriers et aux charbonniers. On dénombre ainsi trente verreries sur le périmètre du Parc Jura vaudois, entre Saint-Cergue et Vallorbe. La production de chaux à la base de roche calcaire, utilisée pour les travaux de maçonnerie et gypserie, a quant à elle laissé de nombreux vestiges dans la région.

Pour de plus amples informations sur le patrimoine architectural et culturel du Parc Jura vaudois, vous pouvez consulter la section B de la Charte 2013-2022 en cours d’évaluation auprès de la Confédération que vous trouvez sous Documents à télécharger.

Les projets éoliens dans le périmètre

Vous trouvez, dans la carte ci-dessous, une localisation et une brève présentation des différents projets de parc éolien dans le périmètre du Parc Jura vaudois. En cliquant sur chaque projet, vous découvrirez des informations complémentaires destinées au grand public basées sur les informations à disposition auprès du canton de Vaud et des futurs exploitants.

Projets intégrés au PDCn –  Projets retenus sous conditions –  Projets du CN non retenus

Nb. Le Parc Jura vaudois n’est pas responsable de la validité des données récoltées auprès des différents intervenants. Les projets éoliens situés en périphérie du Parc Jura vaudois peuvent être consultés en suivant ce lien.

Enjeux pour le Parc Jura vaudois

La production d’électricité par le biais d’éoliennes est compatible avec les buts visés par le Parc Jura vaudois, à savoir « la promotion des énergies renouvelables et des technologies à faible consommation d’énergie et qui ménagent les ressources ».

Dans ce contexte, le Parc Jura vaudois s’est engagé, avec l’accord de son assemblée générale, à :

  • Encourager des projets de production d’énergies renouvelables, pour autant qu’ils soient portés régionalement

De plus, le Parc Jura vaudois s’est fixé les objectifs suivants comme cadre pour la production d’énergie renouvelable :

  • Promouvoir les économies d’énergie
  • Valoriser et préserver le paysage des crêtes

Rôle du Parc Jura vaudois

Le Parc Jura vaudois est un organe de projets à disposition de ses membres. Il peut collaborer sur des mesures d’accompagnement qui seraient complémentaires aux mesures de compensation que doit élaborer tout projet à impact environnemental.

Pour de plus amples informations

PLAN DIRECTEUR CANTONAL
La stratégie cantonale prévoit le développement des éoliennes aux endroits les plus propices en évitant leur dispersion sur le territoire. La fiche 51 du Plan Directeur Cantonal décrit les conditions à remplir pour développer un parc éolien.
Renvoi vers site

CONCEPT NATIONAL – POTENTIEL ÉOLIEN VAUD
Le Concept national précise les objectifs nationaux de développement de l’énergie éolienne.
Il définit les sites potentiels pour l’ensemble de la Suisse.
Renvoi vers site

Mise à jour des données

Les informations seront actualisées à la finalisation des principales étapes suivantes :

  1. Réévaluation des périmètres d’investigation du Plan Directeur Cantonal – Localisation précise du projet
  2. Mise à l’ênquête publique du Plan Partiel d’Affectation – Intégration du projet aux législations en vigueur
  3. Adoption de Plan Partiel d’Affectation et début des travaux – Octroi du Permis de construire

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer